Afficher

Prophylaxie à l’acide folique Prévention contre les malformations congénitales

Alimentation saine pendant la grossesse © lordn - AdobeStock.com

Il y a plus de 30 ans, on a découvert que la vitamine acide folique prise au bon moment en tant que complément journalier avant et pendant la grossesse peut réduire considérablement les malformations du tube neural (terme médical : anomalie du tube neural [ATN]) ou le risque de « spina bifida ».

Afficher

C’est pourquoi on recommande dans le monde entier à toutes les femmes en âge de procréer et qui souhaitent ou peuvent tomber enceintes, soit aux futures mères, de consommer au moins 0,4 mg par jour d’acide folique sous forme de comprimés multivitamines. Il est conseillé de commencer quatre semaines avant la conception et de poursuivre le traitement pendant les 12 premières semaines de grossesse.

Outre la malformation du tube neural, les défauts cardiaques congénitaux, les fentes palatines (bec de lièvre) et d’autres malformations peuvent au moins en partie être évités. De nombreuses études épidémiologiques révèlent aussi qu’une mère approvisionnée de manière optimale en acide folique au début de la grossesse a moins de risque d’avoir des enfants autistes, hyperactifs, souffrant de trouble du comportements ou même en surpoids.

Dans plus de 90 pays, la farine panifiable est actuellement – et avec succès – enrichie en acide folique à titre prophylactique. Pour des raisons juridiques, un tel projet a échoué en Suisse. Ce n’est que sur une base volontaire (Fondation Acide Folique Suisse) qu’il est possible d’enrichir la farine en acide folique (actuellement farine enrichie en acide folique disponible dans 5 moulins).

La prophylaxie individuelle doit donc être d’autant plus encouragée. Il est important de commencer le traitement d’acide folique avant la grossesse car la moelle épinière commence à se former quelques jours après l’absence de règles, soit avant que de nombreuses femmes aient conscience de leur grossesse.
Le mieux est de prendre la pilule vitaminée à l’arrêt de la pilule contraceptive ou de toute autre méthode contraceptive. Malheureusement, de nombreuses femmes ont encore tendance à commencer trop tard ! Ces dernières années, il s’est avéré que les résultats sont probablement meilleurs lors d’une prise de 0,4 à 0,8 mg d’acide folique, éventuellement combiné avec d’autres vitamines ou avec de l’acide folique activé (méthyl-folate, Quatrefolic).

L’apport quotidien régulier en acide folique ne devrait pas dépasser 1 mg, car des effets secondaires peuvent survenir en cas d’augmentation de la prise folique, notamment en cas de carence éventuelle de vitamine B12.

Demandez conseil à votre médecin / pharmacien. Débutez la prophylaxie à temps (voir ci-dessus), si nécessaire même sans ordonnance médicale !

Auteur: Prof. Dr Kurt Baerlocher / St-Gall

 

 

 

 

Appréciation

Plus d'informations sur le sujet

Aucun article disponible