Pourquoi la prévoyance privée est-elle toujours plus importante ?

La prévoyance privée joue un rôle important, et pas uniquement pour les familles avec enfants. La Suisse est de plus en plus souvent confrontée à de réels défis au sein du système de prévoyance vieillesse. Si tu souhaites maintenir ton standard de vie à la retraite, pense à la prévoyance privée.

Publicité

Quand la prévoyance change à l’arrivée d’un enfant

La naissance d’un enfant entraîne de nombreux changements dans la vie des parents. Souvent, la vie professionnelle d’au moins un des parents passe au second plan, de même que la prévoyance professionnelle. Le 3e pilier vous permet de vous assurer en tant que famille afin d’éviter les pertes financières importantes à la retraite. De plus, une bonne prévoyance permet de couvrir tes enfants au cas où tu viendrais à décéder.

Moins de travail signifie moins de salaire et moins d’argent à la retraite

Si, après la naissance de votre enfant, l’un d’entre vous deux réduit son temps de travail, il y aura forcément des pertes financières se répercutant ensuite sur votre prévoyance vieillesse. La réduction du temps de travail entraîne une diminution du salaire et par conséquent une baisse de la rente de vieillesse. Le 3e pilier permet cependant d’y remédier. Le pilier 3a n’est pas seulement prévu pour épargner en vue de la retraite ; il couvre également une éventuelle incapacité de travail et le décès.

Risque de conséquences financières considérables

A la naissance d’un enfant, l’un des parents diminue généralement son temps de travail ou abandonne entièrement son activité professionnelle pour s’occuper de l’enfant. Il en résulte des conséquences financières, car à la retraite, en cas d’invalidité ou de décès, seul le premier pilier entre en ligne de compte. Une rente AI ou la rente AVS sera alors versée. Cependant, l’éventuel capital de libre passage du deuxième pilier qui a été déposé dans une banque ou sur une police de libre passage peut contribuer à améliorer la situation.

La situation s’améliore en cas de reprise du travail

Si tu recommences à travailler, le capital de libre passage disponible doit être versé à la caisse de pension du nouvel employeur. Il est alors conseillé de vérifier ta couverture d’assurance actuelle afin de pouvoir, le cas échéant, procéder à des adaptations. Sont par exemple concernées la couverture accidents comprise dans l’assurance-maladie qui sera reprise pas ton nouvel employeur ou la rente versée en cas d’incapacité de travail.

Prévoyance pour les parents célibataires

Si tu élèves seul/e tes enfants, une double responsabilité pèse sur tes épaules et tu dois veiller à tout. Cela concerne malheureusement aussi la prévoyance pour tes enfants et ta retraite. Souvent, l’argent disponible est déjà très limité, raison pour laquelle un plan de prévoyance bien structuré est fortement conseillé. Le montant des investissements, le type de placement et bien sûr les éventuels facteurs de risque tels qu’incapacité de travail et décès doivent notamment être pris en compte dans ce plan.

Situation en cas de congé maternité

Si tu es salariée pendant ta grossesse, le congé maternité n’aura pas d’effets négatifs sur ta prévoyance professionnelle. Pendant cette période, tu reçois un salaire de substitution, tu restes assurée dans le deuxième pilier et tu as droit aux prestations de la caisse de pension.

Ta famille et ton ou tes enfants sont co-assurés par la caisse de pension et l’AI/AVS. Si l’un des parents devient incapable de travailler, les enfants reçoivent une rente d’enfant. Si toi-même ou ton partenaire décède, une rente d’orphelin sera alors versée.

D’autres assurances sont superflues, car les prestations augmentent à l’arrivée des enfants. Pense cependant au fait que ton enfant a besoin d’une couverture d’assurance personnelle en cas d’invalidité. N’oublie pas de prendre cela en compte dans ta prévoyance et, le cas échéant, de conclure une assurance supplémentaire.

 

Tags:

Ton appréciation

5/5 (1 Stimme)

COMMENTAIRES (0)