Prévoyance vieillesse en Suisse

Comment régler ma prévoyance vieillesse ?

Le sujet de la prévoyance vieillesse est souvent négligé au quotidien, notamment par les familles. Un enfant demande beaucoup d’attention et la thématique de la prévoyance a tendance à passer au second plan. Il existe cependant des opportunités attrayantes pour les parents qui veulent assurer leur sécurité financière à la retraite.

Publicité

Comment fonctionne le système suisse de la prévoyance vieillesse ?

En Suisse, la prévoyance vieillesse repose sur trois piliers. Le principe suisse des trois piliers englobe différents secteurs de la prévoyance vieillesse et se base sur une partie légale, une partie professionnelle et une partie privée. Le 1er et le 2e pilier sont obligatoires, alors que le 3e pilier est privé et donc facultatif. L’assurance-vieillesse et survivants (AVS), l’assurance-chômage (AC), l’allocation pour perte de gain en cas de service militaire (APG), l’assurance-invalidité (AI) et pour les familles avec enfants la maternité constituent le 1er pilier de ce modèle. L’AC est financée par les cotisations versées par les employeurs et les employés. Le 2e pilier de la prévoyance vieillesse dépend du revenu. Sont assurées à ce pilier les personnes qui gagnent au moins environ CHF 21‘000 par an. Avec le 3e pilier, qui est une assurance purement privée, tu peux bénéficier d’avantages fiscaux. Ce pilier se base cependant sur une initiative volontaire et n’est donc pas obligatoire.

Prévoyance privée : de quoi s’agit-il ?

Les 1er et 2e piliers de la prévoyance vieillesse en Suisse constituent une sorte d’assurance de base qui garantit des ressources minimales régulières à la retraite. Tous les besoins fondamentaux sont ainsi couverts. Le 3e pilier, en revanche, représente une prévoyance vieillesse complémentaire qui permet de maintenir le niveau de vie antérieur à la retraite. Les épargnants avisés qui envisagent de bonne heure la conclusion de contrats de prévoyance vieillesse bénéficient d’avantages fiscaux. Les contributions aux contrats de prévoyance peuvent être déduites des impôts en tant que prévoyance liée du pilier 3a.

Contrat de prévoyance du pilier 3a : la prévoyance liée

Le pilier 3a est un contrat de prévoyance que tu conclus en tant qu’assurance liée, soit auprès d’une compagnie d’assurance, soit auprès d’une banque. Dans le cadre de ce contrat, des versements réguliers sont effectués, en règle générale chaque mois. La particularité du contrat de prévoyance est que tu ne peux pas facilement retirer ou dépenser l’argent épargné. Certains contrats prévoient cependant des exceptions. Selon le principe du contrat, tu ne peux utiliser la fortune que lorsque tu atteins l’âge de la retraite. Les sommes versées dans le cadre du pilier 3a sont encouragées par des avantages fiscaux.

Contrat de prévoyance du pilier 3b : prévoyance libre

La prévoyance vieillesse selon le principe du pilier 3b n’est pas liée au respect d’une certaine forme. La somme épargnée est en tout temps à disposition de l’épargnant qui ne peut cependant pas bénéficier d’avantages fiscaux. Ce contrat est conseillé pour les personnes qui souhaitent épargner davantage et qui ont par exemple déjà atteint les montants maximum du pilier 3a. L’avantage de cette forme de prévoyance est que l’argent peut être retiré en tout temps. L’inconvénient est l’absence de déduction fiscale.

Comment assurer ma famille pour le cas où il m’arriverait quelque chose ?

Si tu souhaites assurer ta famille en plus de la fortune que tu places dans le pilier 3a ou 3b, il existe plusieurs possibilités :

• La forme de la prévoyance libre au sein du pilier 3b prévoit une assurance vie mixte. Il s’agit de la forme de placement la plus fréquemment choisie du 3e pilier pour assurer famille et enfants. Cette forme de placement est appelée mixte car elle propose une large couverture financière. Un tel contrat englobe d’une part un plan d’épargne pour la prévoyance vieillesse et, d’autre part, une clause assurant les survivants en cas de décès. Cette possibilité est idéale pour protéger financièrement les enfants ou le partenaire en cas de décès de la personne assurée.

• Une autre possibilité du pilier 3b consiste à intégrer dans le contrat une clause d’assurance décès. Une telle clause couvre le risque financier lié à un événement imprévu tel qu’un cas de décès subit. Si la personne assurée décède pendant la durée du contrat, les bénéficiaires mentionnés dans le contrat reçoivent une somme d’argent définie, appelée capital décès. L’assurance décès peut également être conclue en plus d’une contrat d’épargne existant.

Que se passe-t-il si l’un des parents réduit son temps de travail ?

Les femmes ont souvent d’autres soucis que celui de la prévoyance professionnelle. Surtout si un ou plusieurs enfants viennent agrandir la famille et qu’elles assument une grande partie de leur éducation. De nombreuses femmes décident de reprendre le travail uniquement lorsque l’enfant commence l’école.

Informations importantes pour les parents

Certains compromis sont inévitables dans une famille avec des enfants. Un enfant ne doit cependant pas obligatoirement aller de pair avec des pertes financières importantes à la retraite. Il est donc conseillé de se pencher de bonne heure sur la question de la prévoyance pour pouvoir profiter plus tard d’une retraite bien méritée sans soucis financiers.

Tags:

Ton appréciation

5/5 (1 Stimme)

COMMENTAIRES (0)