Fausse couche

Fausse couche

Perdre un enfant est une expérience traumatisante et très triste. Dans une telle situation, il est important d’avoir l’aide nécessaire.

Publicité

Qu’est-ce qu’une fausse couche ?

On appelle fausse couche la perte du bébé avant 24 semaines de grossesse. Si la perte survient avant 12 semaines, on parle alors d’avortement spontané.

Les fausses couches sont-elles fréquentes ?

De nombreuses femmes sont malheureusement concernées. Les chiffres exacts ne sont pas connus mais on parle d’environ 15 % des grossesses. Beaucoup de femmes craignent de perde leur bébé au cours des 12 premières semaines de grossesse. Mais finalement, ce sont surtout les chiffres qui font peur. On entend dire : « Seule la moitié des ovules fécondés donne naissance à un enfant vivant. » Il est important de savoir qu’il s’agit ici des ovules fécondés mais aussi de ceux qui ont nidifié dans l’utérus et que dans la plupart des cas, l’ovule se détache si tôt que la femme n’a pas encore remarqué qu’elle était enceinte.

D’une manière générale, on peut dire que presque toutes les fausses couches surviennent au cours des 13 premières semaines de grossesse. Les fausses couches tardives sont beaucoup plus rares. Elles concernent une grossesse sur cent.

Quelle est la cause d’une fausse couche ?

Il est difficile de répondre à cette question. Même si la femme ne fait partie d’aucun groupe à risque et est en parfaite santé, il peut arriver qu’elle fasse une fausse couche. Parfois, même le médecin ne comprend pas pour quelle raison une femme enceinte a perdu son bébé. Les motifs de fausses couches sont également difficiles à énumérer et aucune prévention n’est vraiment utile.

Certains facteurs peuvent cependant augmenter le risque de fausse couche :

  • le fait de fumer
  • le fait de boire beaucoup d’alcool

Le risque est également accru :

  • lorsque la femme a déjà fait plusieurs fausses couches
  • si la femme a une anomalie de l’utérus
  • si la femme est diabétique, souffre d’une maladie des reins ou de la tyroïde
  • en cas d’infection telle que la rubéole ou la chlamydia en début de grossesse 

L’âge de la femme est également un facteur de risque. A partir de 30 ans, les femmes font plus souvent des fausses couches et le risque augmente encore à partir de 35 ans. Les motifs exacts ne sont pas connus mais on pense que pour près de la moitié des fausses couches, l’enfant ne s’est pas développé correctement depuis la conception. Une fausse couche tardive, soit après la 20e semaine de grossesse, peut être provoquée par une infection pendant la grossesse, une anomalie de l’utérus ou un raccourcissement du col utérin. Deux tests permettant de détecter une anomalie génétique du bébé peuvent aussi déclencher une fausse couche, d’une part l’amniocentèse et d’autre part la choriocentèse.

Quels sont les symptômes d’une fausse couche ?

Les principaux symptômes sont des douleurs similaires à celles des règles accompagnées de saignements importants pouvant comporter des caillots. De nombreuses femmes peuvent prendre une fausse couche pour de simples règles tardives. Pendant les premières semaines de grossesse, il est assez fréquent d’avoir de légers saignements. Il est cependant conseillé d’en informer le médecin. 

Peut-on empêcher une fausse couche ?

Il est impossible d’empêcher une fausse couche. Seul le risque peut être réduit. Il est notamment conseillé d’arrêter de fumer avant le début de la grossesse, ainsi que de boire le moins possible de café ou de coca-cola et de consommer plutôt des boissons sans caféine. Si tu as déjà fait une fausse couche et que tu es à nouveau enceinte, ton médecin te conseillera de te ménager et de renoncer aux relations sexuelles.

Après une fausse couche, de nombreuses femmes ont envie de retomber toute de suite enceinte. C’est compréhensible, mais tu dois être consciente que ton corps a besoin d’une « phase de récupération ». Plus la fausse couche a été tardive, plus ton corps aura besoin de temps pour retrouver son état normal.

Si tu as fait une fausse couche, prends le temps de faire le deuil de cette grossesse. De nombreuses mamans d’enfants en bonne santé racontent que l’immense tristesse liée à la grossesse précédente non menée à terme s’atténue au plus tard lors de la naissance de leur enfant. Même si elles sont conscientes qu’il est impossible de remplacer un enfant. Il est important de pouvoir parler de ce qui est arrivé. Des groupes d’entraide comme l’Association Arc-en-ciel Suisse peuvent fournir un soutien important.

Tags:

Ton appréciation

5/5 (1 Stimme)

COMMENTAIRES (0)