Afficher

Facteurs de risque d’allergie

Facteurs de risque d’allergie © inarik - fotolia.com

Les scientifiques pensent que les allergies se développent à cause de la perte des facteurs de protection. Mais qu’est-ce que cela veut dire ? Les excellents soins médicaux et l’hygiène excessive ont modifié la colonisation microbienne dans l’organisme. Autrefois, des bactéries utiles stimulaient le système immunitaire des humains. Dorénavant, elles ont été remplacées par des bactéries moins utiles et moins bien adaptées à l’environnement.

Afficher

Reconnaître et prévenir les risques d’allergie

D’un point de vue statistique, un bébé sur trois présente un risque d’allergie. Si les parents ou frères et sœurs ont déjà des allergies, le risque pour le nourrisson est encore plus élevé.

Un autre facteur de risque est la prise de médicaments pendant la grossesse. La plupart des remèdes sont déconseillés aux femmes enceintes. En cas de doute, parles-en à ton médecin. Renonce cependant totalement aux antibiotiques.

Une administration trop fréquente de médicaments peut augmenter le risque d’allergie de ton bébé. Il est donc important de peser soigneusement le pour et le contre.

La future maman et son partenaire ne doivent pas fumer pendant la grossesse et la période d’allaitement (aha ! Centre d’Allergie Suisse 2008). La maman doit aussi renoncer à l’alcool pendant cette période.

Afficher

Facteurs favorisants des allergies

Différents polluants atmosphériques peuvent déclencher des allergies. Les enfants qui habitent le long d’une route fortement fréquentée développent plus souvent de l’asthme. Un quartier calme avec peu de circulation est recommandé.

D’autres polluants atmosphériques sont le formaldéhyde et d’autres éléments présents dans les peintures, les vernis, mais parfois aussi dans de nouveaux meubles ou revêtements de sol. Si tu es enceinte et prévois une rénovation, laisse travailler les autres. Pendant les premiers jours, évite de mettre ton enfant dans une chambre fraîchement peinte. Il est important de bien aérer.

Le surpoids de la future maman et du nourrisson favorise aussi les allergies (données NHANES 2005-2006). Surveille l’IMC de ton bébé et parles-en si nécessaire avec ton pédiatre.

Quels sont les autres facteurs de risque ?

Il est important d’être en contact de bonne heure avec des micro-organismes naturels. Les scientifiques sont convaincus que la manière d’accoucher est décisive. Lors d’un accouchement par voie basse, le bébé sera colonisé par des micro-organismes (de la flore vaginale et intestinale de la maman). Cela peut sembler paradoxal, mais c’est important pour le système immunitaire du nouveau-né. Les bébés nés par césarienne, dans un environnement stérile, ont tendance à développer de la dermatite atopique, de l’asthme et des conjonctivites allergiques (Thavagnanam, Fleming, Bromley 2008).

Il est intéressant de constater que les enfants vivant à la ferme développent plus rarement des allergies que les enfants habitant en ville. On suppose donc que la saleté peut avoir un effet protecteur. Un environnement colonisé par des micro-organismes éduque notre système immunitaire et lui apprend à reconnaître les substances inoffensives.

Prévention par l’alimentation

On considère aussi que le manque de certaines bactéries intestinales augmente le risque d’allergie. La flore intestinale des bébés qui ne développent pas d’allergie est différente de celle des bébés qui en développeront plus tard.

Les bifidobactéries et les lactobacilles ont un effet positif sur le système immunitaire. Chez les enfants allaités, ces bactéries ont été trouvées dans une plus forte concentration (Grüber, van Stuijvenberg, Mosca 2010). En outre, le lait maternel est riche en probiotiques qui diminuent l’acidité dans l’organisme et préviennent ainsi les allergies.

Au moment de l’introduction des aliments complémentaires, les parents doivent proposer suffisamment d’oligosaccharides. Les oignons, les artichauts, les bananes ou les céréales par exemple en contiennent.

Renoncer à certains aliments pendant la grossesse, la période d’allaitement ou lors de l’introduction des aliments complémentaires est dépassé et n’est plus recommandé. Il a été prouvé qu’une désensibilisation précoce aux allergènes augmente la tolérance et diminue le risque d’allergie (Fälth-Magnussonet al. JACI 1987/1992). Une alimentation saine et équilibrée est importante et bénéfique pour la santé.

Appréciation

Veuillez calculer 3 plus 1.

Plus d'informations sur le sujet

Aucun article disponible