Eduquer avec tendresse

Eduquer avec tendresse
Eduquer avec tendresse © Anna Zhuk - AdobeStock.com

Le style d’éducation de chaque parent est différent et se base sur les expériences faites en relation avec sa propre éducation. Il dépend également de la situation et de la relation individuelle avec l’enfant, raison pour laquelle rares sont les parents qui appliquent toujours le même style d’éducation. Idéalement, le style d’éducation doit être le plus uniforme et participatif possible pour que l’enfant sache à quoi s’attendre. Le quotidien sera alors plus détendu.

Publicité

Eduquer avec amour et respect

L’amour, l’estime et le respect sont les bases d’une éducation réussie. Une bonne communication est également essentielle pour que la relation avec l’enfant soit solide. Si l’enfant se sent accepté, il aura tendance à se montrer plus coopérant. Si le style d’éducation est démocratique, les sentiments et les besoins de l’enfant seront pris au sérieux. Il apprendra également à respecter les besoins de ses parents.

Un style d’éducation mélangeant tendresse et conséquence apprend aux enfants à être coopérants et responsables. Les parents fixent des limites et donnent en même temps à l’enfant la possibilité de faire des choix. Si le petit Thomas, quatre ans, fait de plus en plus de bruit en jouant dans le salon alors que sa mère est en train de parler avec un adulte, elle ne lui criera pas : « Tais-toi ou sors ! » mais lui dira calmement et de manière déterminée : « Thomas, nous voulons discuter. Joue plus doucement ou prends tes jouets et va dans une autre pièce. C’est à toi de décider. »

Des conséquences respectueuses en cas de mauvaise conduite font partie d’une discipline adaptée. Par exemple, le père explique à sa fille de trois ans où elle peut faire du tricycle. Elle commence à rouler en dehors des limites fixées. Le père ne l’envoie pas pour autant au lit car cela n’a rien à voir avec le fait de faire du vélo. Mais il lui donne le choix en disant : « Tu peux rouler là où je t’ai montré, ou tu poses ton vélo et change de jeu. Tu es libre de décider. »

Exercer la discipline et punir ne sont pas la même chose. Les enfants punis rejettent et craignent leurs parents. Menacer, crier, taper, prendre les jouets à titre de punition ou priver d’affection peut nuire à la relation parents-enfant et entraîner un manque de confiance en soi. Les conséquences, en revanche, montrent à l’enfant : « Ce que tu fais ne me plaît pas, mais je t’aime quand même. »

Eduquer tout en prodiguant des encouragements

L’encouragement est un autre aspect du style d’éducation démocratique. Dans notre société marquée par la performance, seuls les résultats ont tendance à compter. Nous sommes fiers de notre enfant lorsqu’il a réussi quelque chose et nous avons plaisir à le féliciter.

Contrairement aux félicitations, l’encouragement ne se base pas sur le résultat mais sur les efforts de l’enfant. Si l’enfant entend toujours : « Je suis fier de toi ! », il pensera peut-être « Que va-t-il se passer si je n’arrive plus à rendre mes parents fiers de moi ? ». Mais si nous disons : « Tu as fait de grands progrès ! », l’enfant sent que nous sommes conscients de son engagement et que nous n’évaluons pas seulement le résultat. Nous pouvons donc reconnaître aussi les petits progrès et encourager l’enfant à persévérer. Le fait de donner à l’enfant l’occasion d’apprendre de nouvelles choses en l’aidant à accepter les erreurs comme faisant partie du processus d’apprentissage est également un encouragement.

Discute avec ton partenaire de la manière dont tu as vécu ta propre éducation et comment tu souhaites éduquer ton enfant. Etre parents amène aussi à découvrir chaque jour de nouvelles choses et à relever des défis.

Source : Barbara Pfeiffer, assistante sociale dipl., formatrice certifiée STEP STEP Elterntraining Schweiz

Tags:

Ton appréciation

4,3/5 (14 Stimmen)

COMMENTAIRES (0)