Qu’est-ce que le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) ?

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) n’empêche pas uniquement une grossesse. Les femmes concernées souffrent d’un cycle menstruel irrégulier, d’une peau impure et d’une forte pilosité. Ces symptômes sont cependant un indice important pour expliquer la cause de l’impossibilité de concevoir. Il est rassurant de savoir que le SOPK peut être traité.

Publicité

Qu’est-ce que le SOPK ? Quels sont les symptômes typiques ?

Le médecin traitant peut poser le diagnostic de ce dérèglement hormonal lorsque deux des symptômes suivants se manifestent chez une patiente :

  • L’absence des règles ou un intervalle de plus en plus prolongé entre les règles (cycle irrégulier et long)
  • Dans l’analyse de sang de la femme, des hormones sexuelles masculines sont détectées en grande quantité. Une forte pilosité est un autre indice d’une quantité d’hormones masculine trop importante.
  • De nombreux petits kystes se développent dans les ovaires des femmes concernées, qui sont appelées ovaires polykystiques.

Le syndrome peut être la cause de l’impossibilité à concevoir.

De nombreuses femmes concernées consultent leur gynécologue, car leur cycle est toujours plus irrégulier ou absent.

Combien de femmes sont concernées par le SOPK ?

Il est décourageant pour une femme désirant un enfant d’apprendre qu’elle souffre du SOPK. Cependant, ce dérèglement qui peut être la cause de l’impossibilité à concevoir est assez fréquent. Presque une femme sur dix en âge de concevoir est concernée.

Comment survient le SOPK ?

Le processus d’apparition du SOPK n’est pas encore entièrement élucidé. Environ la moitié des femmes concernées souffrent de maladies métaboliques comme le diabète et/ou du surpoids. L’insuline, l’hormone du métabolisme, joue apparemment un rôle primordial dans les trois maladies. Le SOPK et le diabète se traitent de la même manière. Lorsque les femmes en surpoids parviennent à réduire leur poids jusqu’à avoir un poids normal, le diabète se stabilise et le cycle menstruel aussi. Si tu n'es pas en surpoids, il existe d'autres moyens de stabiliser ton cycle, que ce soit des options homéopathiques ou un traitement hormonal. Ton gynécologue se fera un plaisir de te conseiller.

Qu’est-ce que je peux faire pour lutter contre le SOPK ?

Si tu es en surpoids, tu peux essayer de réduire ton poids. Indépendamment d’un diagnostic du SOPK, tu sentiras que quelques kilos en moins augmentent non seulement les chances de concevoir, mais améliorent aussi ta qualité de vie. Le cas échéant, une diététicienne ou un/une naturopathe peuvent t’aider.

 

Tags:

Ton appréciation

1,5/5 (2 Stimmen)

COMMENTAIRES (0)