Alimentation saine pendant l’allaitement

Alimentation saine pendant l’allaitement
Alimentation saine © Prostock-studio - AdobeStock.com

Pendant l’allaitement, la jeune maman a en moyenne besoin de 250 calories de plus par jour. Il faut privilégier les aliments qui ont une grande teneur en éléments nutritifs mais qui ne contiennent que peu de calories, comme les fruits et les légumes. Lors des poussées de croissance de l’enfant, la nourriture et les boissons qui stimulent la production du lait sont particulièrement utiles. Quant aux plats auxquels il vaut mieux renoncer, cela dépend de chaque situation.

Publicité

Bien manger, même après la naissance

Essayez de bien vous écouter pour savoir ce dont votre corps a besoin. Pour certaines, il s’agit de glucides de type pâtes, riz et sucreries qui apportent immédiatement de l’énergie. D’autres auront envie de viande et de plats roboratifs pour apaiser leur faim de loup. Le plus important, c’est de manger: que vous allaitiez ou non, vous avez désormais besoin de beaucoup d’énergie.

Cinq conseils du quotidien pour un retour agréable à la maison

Facilitez-vous le quotidien autant que possible et acceptez les coups de main. N’hésitez pas à repousser à plus tard ce que vous pourriez ou devriez faire.

Conseil n° 1: préparez un repas chaud une fois par jour et réchauffez les restes pour le suivant.
Conseil n° 2: faites-vous porter ou livrer vos courses à domicile.
Conseil n° 3: redécouvrez les plats au four. Préparez votre repas à l’avance pendant que votre bébé dort et utilisez un minuteur.
Conseil n° 4: pour préparer de la semoule ou des vermicelles, il vous suffit de verser de l’eau chaude dessus. Vous n’avez même pas besoin d’une poêle pour cuisiner!
Conseil n° 5: trouvez l’inspiration avec les idées de recettes Betty Bossi sur le site Qu’est-ce que je cuisine aujourd’hui.

Et voilà: Deux recettes pour toi:

Poulets à l’américaine
Beef bits

Forte concentration d’éléments nutritifs pour la mère et l’enfant

Pour produire suffisamment de lait, les femmes qui allaitent ont besoin de presque 700 kcal de plus par jour qu’une femme de leur âge. Afin de perdre les quelques kilos pris pendant la grossesse, 200 à 300 kcal supplémentaires suffisent. Les aliments sains, riches en glucides et la bonne graisse, comme celle contenue dans l’huile de colza et dans les poissons de mer, sont importants. Par ailleurs, le besoin élevé de protéines, de calcium et de fer peut généralement être couvert par les mêmes aliments que pendant la grossesse. Les agrumes doivent être utilisés avec précaution, car ils provoquent des rougeurs sur les fesses de beaucoup de bébés. Il n’est pas nécessaire de renoncer aux aliments qui provoquent des ballonnements, cependant il est préférable de manger ce que tu supportes bien. Toutefois, si tu remarques que ton enfant a manifestement des problèmes de digestion lorsque tu as consommé des noix, des oignons, de l’ail, des produits aux céréales complètes ou du chou, il est recommandé de laisser cet aliment de côté.

Ce qui est risqué et ce qui est bon pour ton bébé

Pour pouvoir les éviter pendant l’allaitement et, plus tard, les utiliser lors du sevrage, tu devrais savoir quels sont les aliments qui freinent la production de lait : il s’agit du persil, de la sauge et de la menthe sous forme d’herbes et de thés. À l’inverse, le cumin, l’anis et les graines de fenouil stimulent la formation du lait et sont souvent disponibles sous forme de tisanes d’allaitement. Le gingembre, la coriandre, la cardamome, le curcuma, le paprika en poudre et la badiane stimulent aussi la production et agissent contre les ballonnements. La prudence est de mise avec les produits au lait de soja non fermenté, car plusieurs études ont décelé des problèmes chez la mère et chez l’enfant, lors d’une consommation quotidienne supérieure à 300 g de tofu ou 800 ml de lait de soja. D’autres aliments allergènes comme le blé, le lait de vache, les noix et les œufs de poule ne sont à éviter qu’à titre préventif, lorsque le bébé risque d’avoir des allergies, parce que l’un des parents en souffre déjà.

Un allaitement sans stress

La qualité du lait de la mère est, bien entendu, influencée par son alimentation, mais cela ne signifie pas qu’elle doive des mois durant faire scrupuleusement attention à chaque bouchée. Surtout après les trois premiers mois, pendant lesquels le système digestif de l’enfant n’est pas encore totalement développé, tu pourras profiter d’allaiter de manière détendue. Après tout, une alimentation saine est importante pour tous les êtres humains et si tu prends garde à avoir un apport suffisant en vitamines, ton corps en bénéficiera aussi bien que celui de ton enfant.

Tags:

Ton appréciation

4/5 (6 Stimmen)

COMMENTAIRES (0)